Month: juin 2016

Créer son fichier presse

Ces dernières semaines nous avons vu comment parler à la presse.
Mais pour cela faut-il encore avoir les coordonnées des journalistes.
Comment les trouver? Comment se constituer un fichier presse?
C’est ce que nous allons voir aujourd’hui !

Il peut paraître plus compliqué aujourd’hui de se constituer un carnet d’adresses de journalistes. Il y a de plus en plus de médias, notamment sur le web, mais également de plus en plus d’interlocuteurs au sein d’une même rédaction (le journaliste « papier » et le journaliste « web » pour une même rubrique par exemple). Néanmoins, grâce aux outils digitaux, il est plus facile de trouver leurs coordonnées. La difficulté est de les identifier et pour cela il faut être en veille permanente.

Quels outils pour constituer son fichier presse ?

 

Les attaché(e)s de presse travaillent généralement (et je vous conseille d’en faire une condition dans le choix de votre attaché(e) de presse) avec des bases de données en ligne. Celles-ci sont mises à jour quotidiennement, ce qui est indispensable car un fichier presse évolue très rapidement. Ces outils recensent (presque) tous les journalistes – permanents et pigistes – et même certains blogs. Ces outils, comme Datapresse, Hors Antenne ou Augure, permettent de créer ses fichiers d’influenceurs de façon ciblée, d’envoyer les informations, de suivre qui a lu le mail, ouvert les pièces jointes, etc. Bien sûr, cela a un coût : 1850€ ht par an pour Datapresse par exemple (celui que j’utilise).

Les réseaux sociaux sont un excellent moyen pour trouver les coordonnées des journalistes. Ultra représentés, notamment sur Twitter, il est totalement admis que ce réseau, tout comme Linkedin, est à usage professionnel. N’hésitez donc pas à les interpeller comme le fait Marie, fondatrice de La Buzzette, membre du réseau d’attachées de presse d’Hello la Com’.

prisecontacttwitter

Pour la presse papier, vous pouvez retrouver les coordonnées des journalistes dans lOurs, un petit pavé que l’on retrouve en début ou fin de journal ou magazine avec les coordonnées de l’éditeur, de la rédaction… Les noms des journalistes permanents y sont souvent cités avec leur rubrique et parfois leur ligne directe et/ou email.

Le Mediasig, quant à lui, recense plus de 8000 noms et coordonnées issus des médias nationaux et de la presse étrangère en France. Néanmoins seuls les médias principaux et installés sont recensés et je ne suis pas sûre que les pigistes soient représentés. Je ne l’utilise pas mais il peut constituer une première base de travail. Le Mediasig est un livre mais la version numérique est mise à jour quotidiennement. (47€)

Enfin, vous pouvez également vous renseigner sur l’adhésion au Club de la Presse de votre région ou aux Associations de journalistes de votre secteur, telles l’association des journalistes du tourisme ou l’association des journalistes de l’environnement.

 

Hello Camille Spanjaard ! La Com’ de baby’tems

Pouvez-vous vous présenter ainsi que votre parcours d’entrepreneur(e) en quelques lignes ?

Je suis Camille Spanjaard, j’ai créé baby’tems il y a 6 ans maintenant. J’ai profité d’un licenciement pour créer la société et être accompagnée. J’avais déjà l’idée qu’il fallait proposer un service de location de matériel pour bébé aux touristes visitant Paris et aux personnes ayant un besoin ponctuel de ces produits, c’était une évidence pour moi que de créer cette entreprise. Et j’ai bien fait, j’ai reçu ma première commande 3 jours après avoir mis le site en ligne !

Pouvez-vous nous expliquer le concept de votre société ?

Baby’tems facilite les voyages avec bébé : pour voyager léger, les parents peuvent louer lit bébé, chaise haute, poussette, siège auto…même des jouets ! Nous les livrons à l’appartement qu’ils ont loué, à leur hôtel, chez leurs amis…Même en vacances loin de chez elles, ces familles sont installées « comme à la maison » avec tout le matériel de puériculture nécessaire pour assurer tranquillité et sécurité.

Quels canaux de communication avez-vous mis en place ou projetez-vous de mettre en place pour en développer la notoriété ? (Relations Presse, Réseaux sociaux, Campagnes d’emailing, Evénementiel…)

Dans « ma vie d’avant » (celle de salariée), j’étais responsable de communication au sein d’une grande entreprise. C’est donc tout naturellement que j’ai mis en place un plan de communication pour baby’tems, plan qui inclut un blog – référençant pour les clients des adresses « baby-friendly » à Paris -, une newsletter clients et une autre dédiée aux partenaires, les réseaux sociaux, un programme de parrainage, …tout cela adossé à un travail de référencement naturel permanent du site de location.

Camille Spaanjard
Camille Spanjaard

Un succès ou un échec de communication à nous raconter ? (un post facebook particulièrement partagé, un communiqué de presse qui a entrainé de nombreux ou au contraire zéro articles…)

Mes clients arrivent sur le site principalement via le référencement naturel du site et la recommandation de mes partenaires et clients.
En 2015, j’ai organisé un jeu (questionnaire en ligne) en partenariat avec 2 de mes partenaires du tourisme, nous avons eu près de 3000 participants et j’ai vu augmenté de façon significative (+30% environ) le nombre de visites et inscriptions sur le site.

Quels outils de communication utilisez-vous ? (mailchimp, hootsuite, etc)

Pour mes newsletters j’utilise un plug-in sur mon site. Pour les réseaux sociaux je planifie des posts quotidiens via Hootsuite ou Facebook directement.

Un conseil pour les entrepreneur(e)s en devenir ?

Fournir un service d’excellence et s’appuyer sur ses clients pour qu’ils vous recommandent autour d’eux.

Se former sur les sujets à traiter si l’on veut faire soi-même ou sous-traiter.

Entrer dans un réseau d’entrepreneurs bienveillants qui pourra conseiller, aider, donner des idées…

Hello Pauline Guilbert ! La Com’ de Un mardi sous la pluie

Pouvez-vous vous présenter ainsi que votre parcours d’entrepreneur(e) en quelques lignes ?

Je m’appelle Pauline, je suis mariée et j’ai 2 enfants (1 an et 2 ans et demi).
J’ai été diplômée en 2004 d’un BEP Métiers de la mode puis j’ai été couturière pendant 7 ans pour une marque de décoration textile haut de gamme.
L’envie d’entreprendre date de mes études : j’ai toujours eu cette envie de travailler et de créer pour mon compte, sans savoir exactement comment.
Mon idée, mon concept, a mûri au fil des années passées à mon dernier emploi.
J’ai profité de cet emploi dans une petite structure pour me familiariser avec la gestion d’un atelier, d’une équipe, d’une entreprise.
A la fermeture de celui-ci, j’ai donc créé mon propre atelier : Un mardi sous la pluie est né il y a quelque mois.

Un mardi sous la pluie
Pauline en pleine création

Pouvez-vous nous expliquer le concept de votre société ?

Dans mon atelier niché au cœur de la campagne normande, à travers « un mardi sous la pluie » je réalise ma production à partir de pièces de linge ancien de qualité. Rideaux, coussins, brise-bise, voilages… sont uniques car adaptés selon les désirs de mes clients : chaque création est confectionnée à la demande, personnalisable, réalisée sur mesure et travaillée avec soin.

« Un mardi sous la pluie » fait le pari de l’Upcycling : des matières qui n’ont plus d’usage sont récupérées pour être transformées en produits de qualité supérieure. C’est un recyclage « par le haut ». Toute la production ne pouvant intégralement être basée sur des linges anciens, ceux-ci sont complétés par des tissus neufs en coton et lin bio (certifié GOTS). Ainsi chaque étape de l’approvisionnement, la fabrication et la commercialisation est réfléchie de façon à en minimiser l’impact sur l’environnement.

Quels canaux de communication avez-vous mis en place ou projetez-vous de mettre en place pour en développer la notoriété ? (Relations Presse, Réseaux sociaux, Campagnes d’emailing, Evénementiel…)

Pour le moment, j’ai beaucoup misé sur ce que je connais bien ! Les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Pinterest, Google +, mais aussi Houzz et Elle déco.

Un mardi sous la pluieUn succès ou un échec de communication à nous raconter ? (un post facebook particulièrement partagé, un communiqué de presse qui a entrainé de nombreux ou au contraire zéro articles…)

Un échec : j’ai tenté de rédiger mon 1er communiqué de presse moi même. Armé de Open Office et paint. Je l’ai envoyé, pleine d’espoir à une vingtaine de rédactions. Résultat : 0 retours !! Il faut probablement que je travaille sur la mise en page 😉

Quels outils de communication utilisez-vous ? (mailchimp, hootsuite, etc)

En vrac : Canva, Moo, Google adwords, iftt, Google alert.

Un conseil pour les entrepreneur(e)s en devenir ?

Lisez, écoutez, prenez le temps de préparez votre projet et faites vous connaître plusieurs mois avant de démarrer.